Vous êtes ici

La fabrication de l'huile de noix 

Pour mieux comprendre la production de l’huile de noix, voici les différentes étapes de sa fabrication.

Les différentes étapes de la production de l'huile de noix 

Le processus de fabrication de l’huile de noix se découpe en 5 étapes.

1ere étape : Le broyage

La première étape consiste à enlever la coque des noix afin de ne garder que les cerneaux. Cette opération est assez longue, car il faut environ 2kg de noix pour obtenir un litre d'huile. Une fois débarrassée de leur coque la chair des noix doit être écrasée.
Pour cela, le broyage se réalise à l'aide de 2 meules de pierre et permet d'obtenir une pâte homogène, qui lors de l'étape suivante se révèlera plus qualitative. Dans notre Moulin de Montoison nous utilisons exclusivement la méthode de la meule de pierre (en effet, il existe également une méthode au broyeur, plus rapide mais moins artisanal).

Les meules de pierre pèsent environ 1200 kilos chacune. Le moulinier positionne 25Kg de noix dans la meule afin de les broyer en pâte de noix. Il faut faire tourner les meules pendant environ 30 min pour obtenir cette pâte. Pour être plus précis les meules sont fixes, c'est en fait le fond (le sol) qui tourne sous les meules.

2eme étape : La cuisson

Une fois la pâte obtenue, il faut évaporer l'humidité que contient le produit. Pour produire de l’huile de noix c'est la chaleur qui provoquera l'évaporation. Cette étape est donc très importante. La pâte est ainsi remuée dans des casseroles (appelées bacholes en patois). L'hélice plongée dans ces bacs va permettre un chauffage uniforme (Chauffage au gaz à 60° environ), par une chaleur douce et bien répartie. 

C’est à ce moment que l’on grille légèrement la pâte de noix pour obtenir une huile qui fera bien ressortir le parfum de la noix. Plus  la pâte est homogène plus la cuisson est optimale et bien contenue. Mais il ne faut pas trop griller, ni trop peu. Il faut également tenir compte de l'humidité extérieure ou encore de la qualité des cerneaux. Bref, tout un art entretenu par le métier de moulinier.

Cette huile de noix appartient aux huiles dîtes gastronomiques, c'est-à-dire qu'elles sont chauffées pour faire ressortir leurs goûts. Elles ont alors un petit goût de grillé très caractéristique. Ici c'est la saveur qui est recherchée à la différence des huiles vierges, extraites à froid, sur lesquelles on recherche plutôt l’apport en vitamines. Cette étape s'effectue durant 15 à 20 minutes.

3eme étape : La pression

Notre pâte est désormais prête à être pressée. Au fond, un scourtin est positionné (tapis en paille, en rafia, tissé très serré) qui sert en en quelque sorte de filtre. La presse reçoit 25 kilos de cerneaux de noix broyés et rend environ 15 kilos d'huile. S'exerce alors une pression hydraulique de 250 bars (c'est à dire 250 Kg par cm²). Il faut environ 30 minutes pour que toute l'huile contenue dans cette pâte s'écoule par la gargouille jusqu'aux récipients en dessous pour la collecter. Une fois recueillie, elle sera mise en cuve et on la laisse reposer.

On dit que le rendement est de 50%. Chaque fruit a un rendement différent. (Pour exemple dans notre Moulin de Montoison La noisette 40%, l'amande 35%, et le colza 25%.

L'huile est alors récupérée dans un récipient. A ce moment on "démoule" la presse et l'on obtient une grosse galette (le résidu des noix pressées) appelée tourteau.

 

4eme étape : La décantation

L'huile ainsi obtenue reste chargée de sédiments et sera décantée dans des cuves pendant 10 à 15 jours. Là encore, la période de décantation varie en fonction des variétés. Deux semaines suffiront à décanter l'huile de noix alors que quatre semaines seront nécessaires à l'huile de colza très chargée en sédiments.

5ème étape : La filtration

A l'issue de la période de décantation, l'étape ultime consiste à filtrer l'huile et à séparer l'huile de noix de ses impuretés. Elle est filtrée sur du papier buvard. Il s'agît là de rendre l'huile parfaitement translucide et de retirer les derniers sédiments. Ces filtres nous permettent de préserver la qualité de l'huile.

 

Le conditionnement de l'huile de noix

La dernière étape consiste à mettre en bouteille l’huile de noix produite. Le conditionnement s’effectue dans des Estagnons, petits bidons métalliques selon le mot Provençal ou dans des bouteilles en verre. Nos équipes de logistique préparent des conditionnements en 25 cl, 50 cl ou 1 litre.

L’opération consiste à embouteiller l’huile de noix dans les différents contenants verre ou métal, puis de les faire passer dans une machine qui positionne le bouchon et le serti. Enfin et pour finir, les bouteilles passent dans une troisième machine qui vient coller l’étiquette. Les bouteilles d’huile de noix ainsi prêtes sont ensuite acheminées vers les boutiques, dans les 17 camions magasin de nos colporteurs qui sillonnent les routes de la région Rhône Alpes pour de la vente directe aux particuliers, ou par transporteur privé dans toute la France pour les clients qui passent commande sur le site Internet.

 

Pour en savoir plus sur la fabrication et les bienfaits de l'huile de noix

La conservation de l’huile de noix

L'huile de noix ne se conserve pas plus d'un an, car elle rancit vite. Comme les autres huiles riches en oméga 3 (huile de colza, huile de lin...) elle doit être conservée à l’abri de la chaleur et de la lumière pour ne pas rancir et garder son arôme. Aussi, doit-elle être gardée dans le bas du réfrigérateur ou consommé rapidement. Contrairement aux autres huiles, celle-ci a la particularité de ne pas se figer lorsqu'elle est refroidie.

Il est recommandé de stocker cette huile dans un flacon en verre foncé ou opaque, car ce condiment est très sensible à la lumière qui accélère sa dégradation.

 

Les bienfaits de l’huile de noix

C'est une source naturelle très importante d'acides gras insaturés de la famille des Oméga6. Cette huile végétale est parfaite en assaisonnement mais ne doit pas s’utiliser en cuisson ou pour la friture. On trouve les Omégas 6 en majorité dans les huiles de tournesol, de noix, de soja ou de pépin de raisin. L’un d’entre eux, l’acide linoléique est connu pour avoir un effet bénéfique sur le taux de cholestérol.

Très recommandée par les nutritionnistes, cette huile très fruitée et parfumée est un régal dans les salades, un velouté, sur des toasts.

 

L’utilisation de l’huile de noix

Vous vous posez souvent la question : Que faire avec de l’huile de noix ? L'huile de noix supporte mal la cuisson et pas du tout la friture ! Dans notre région du Dauphiné, les anciens mangent leurs oeufs au plat cuits à l'huile de noix; cela leur confère une saveur inégalée... Attention ! Il ne faut pas chauffer l'huile mais procéder ainsi : mettre l'huile, casser les œufs puis faire cuire tout doucement.

L'huile de noix est délicieuse dans toutes les crudités et salades, notamment la salade d'endives, un classique, ainsi que les pissenlits. Un filet d'huile de noix sur des légumes cuits vapeur est excellent. On peut aussi ajouter de l'huile de noix dans certains gâteaux pour corser leur saveur.
Enfin, Les fromages de chèvre peuvent être conservés dans l'huile de noix, avec thym, romarin, sarriette et poivre. Il vous faut les consommer dès qu'ils sont moelleux. 
 

 

La culture de la noix

Le noyer est à la fois un très bel arbre, bien équilibré et dont la floraison colorera les jardins et les champs au début du printemps.

Grâce à ses jolies fleurs qui apparaissent avant les feuilles, il revêt un caractère très ornemental. Idéalement, le noyer se plante à l’automne pour favoriser l’enracinement avant les gelées de l’hiver.

Le noyer n’aime pas être taillé car chaque branche taillée devient une porte ouverte à bon nombre de maladies comme les champignons. La récolte des noix a lieu dès le mois de septembre et jusqu’au mois de novembre selon les régions.

Le fait d’attendre qu’elles tombent naturellement garantie que le bon moment est venu. Une fois cueillies, les noix sont lavées, triées, séchées, calibrées puis expédiées vers les coopératives ou les entreprises qui transforment le fruit. Il est possible de consommer les noix dites « fraiches » pendant quelques semaines seulement une fois qu’elles sont ramassées. On peut aussi les faire sécher au soleil après avoir retiré la coque appelée « Brou »

 

Zoom sur : La production de noix en France

La production française en noix est en moyenne de 25 000 tonnes par an pour un verger de 16 600 hectares. Deux bassins de production se démarquent, il s’agit du bassin Rhône-Méditerranée (Isère, Rhône, Savoie) et le Grand Sud-Ouest (Dordogne, Lot, Lot-et-Garonne, Corrèze et Charente). Les plantations de noyers représentent le 2nd verger de France. La production de noix fraîche représente de 1 800 à 2 200 tonnes, la production de noix sèche 6 000 à 8 000 tonnes et celle de cerneaux environ 6 000 tonnes.